mardi 6 avril 2010

[OLD] Birth de Yoshinori Kanada


Dans une interview donnée pour Asience, Kazuto Nakazawa se rappelle s'être fait chambrer ses premiers jours de travail dans un studio d'animation quant il a demandé qui était ce Yoshinori Kanada dont tout le monde semblait parler.

Difficile en effet d'avoir grandi et regarder des animes entre la fin des années 70 (à partir de Zambot 3) et les années 80 et d'ignorer le travail de cet animateur : corps déformés, abus de flash lumineux, et surtout une mise en scène dynamique, parfois hachée, presque épileptique; le principe sous-jacent étant que dans le cadre de l'animation limitée des séries TV où le nombre de cels est extrêmement limité, ce nombre de dessins réduit doit être mis à contribution au maximum pour exprimer de manière la plus expressive possible les mouvements.

Son influence parmi ses pairs devient vite énorme ces années-là, et plusieurs d'entre eux se mettent à faire de l'animation "à la Kanada". Influence qui perdure encore aujourd'hui, d'une part parce qu'il est resté actif toutes ces années - il a participé à l'animation de plusieurs films Ghibli, avant d'être embauché chez Square Enix où il a travaillé sur plusieurs cinématiques de jeux -, d'autre part par le travail d'animateurs qui continuent à être influencé par le style qu'il a contribué à développer, comme Hiroyuki Imaishi, qui avec entre autres Dead Leaves offrait un énorme hommage au maitre.

Si les années 80 sont souvent considérées comme une sorte de mythique "age d'or" de l'animation japonaise par certains fans, c'est sans doute à cause de deux événements très particuliers qui se produisent de manière quasi-simultanée : le boom économique que connait alors Japon, et l'émergence du mouvement otaku. Un marché se forme, avide d'animation et qui ne se contente plus uniquement de ce que propose la télévision : c'est l'apparition de l'OAV, qui jouera durant de longues années le rôle de terrain de jeux privilégié pour les animateurs japonais. Parmi eux, on trouve évidemment Yoshinori Kanada, avec ce qui sera considéré comme l'un des aboutissements de son style avec l'OAV de Birth en 1984.

Le scénario ne brille pas par son originalité : la planète Aqualoid a été ruinée dans la bataille qui continue encore à opposer formes de vie organiques (humains) et inorganiques (machines), mais tout change quand le jeune Nam découvre une épée mystérieuse, capable de vaincre ses ennemis... le problème c'est qu'avant de pouvoir utiliser tout son potentiel il devra survivre aux attaques de l'ensemble des forces inorganiques de la planète ! Suit donc une succession de courses-poursuites (en fait l'anime peut être considéré dans son ensemble comme une seule énorme course-poursuite), parfois jusqu'à l'absurde (la course contre les trois motards inorganiques qui dure, qui dure, qui duuuuuuuuuure...), mais toujours prétexte à caser un nombre incroyable de délires bien jouissifs. A noter des noms qui deviendront connus au générique, avec entre autre Hideaki Anno et Mahiro Maeda parmi les animateurs, et une BO composée par Joe Hisaishi (comme quoi il abusait vraiment trop du synthé à l'époque, ça passait dans Nausicaa mais là c'est juste chiant).

Et puis quelque part, Birth, c'est le proto de Gurren Lagann : une planète désertique, un combat entre deux formes de vie à l'échelle de la galaxie, et puis cette philosophie du toujours plus gros, toujours plus énorme, jusqu'à dans les explosions !

Birth était réalisé par Kaname Productions. Plusieurs jeunes employés de Ashi Production (Reed) - dont Mutsumi Inomata - établissent ce studio en 1982. Ils font office de sous-traitant sur plusieurs productions (dont Sasuga no sarutobi) avant d'animer leur propre série en 83 avec Plawres Sanshiro. Suivent Birth en 84, Genmu Senki Leda en 85, Dream Dimension Hunter Fandora en 85-86 (avec des illustrations de Go Nagai), Windaria et The Humanoid en 86. La compagnie change de nom et devient Diva en 88 durant la production de Watt Poe, mais doit bientôt déposer le bilan pour cause d'insolvabilité...


Liens
 :
Publication originale : 7 juin 2009 (22:41)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire